InternationalDeutschSpanishChineseRussianFrenchSouth AfricaAustraliaUnited Kingdom

Combustibles pulvérulents

Combustibles pulvérulents

De la poussière à l’énergie, tout en réduisant les coûts.

Bien que les combustibles pulvérulents représentent une alternative économique au gaz naturel ou au fioul, elles sont encore loin de faire l'objet de toutes les attentions. Ceci est particulièrement dommage lorsque des poussières s'accumulent comme dérivé au cours des process industriels et que de précieux (et coûteux) combustibles standards pourraient être directement remplacés.

Dans un tel contexte, la poussière est définie comme une substance solide d'une granulométrie maximale de 0,5 mm. Au delà de cette définition, les poussières se distinguent toutefois fondamentalement par leur teneur en eau et en cendres, par leur pouvoir calorifique et leur inflammabilité qui dépend directement de la part d’éléments volatiles.

Ainsi, avec des pouvoirs calorifiques de 20-22 MJ/kg et 25-30 MJ/kg, la différence entre la poussière de lignite et la poussière de houille n'est pas importante. Or, la poussière de lignite contient nettement plus de composés hautement volatiles et est, de ce fait, plus inflammable dans l’ensemble. Citons comme exemple extrême le coke de pétrole : Cette combustible pulvérulent contient très peu de composants hautement volatiles et impose donc des exigences plus importantes au système de combustion malgré sa forte teneur en carbone.

En plus du charbon finement broyé, il existe de nombreuses poussières biogènes dont l'exploitation peut réduire les coûts sur deux plans:

  • La poussière de bois/poussière de ponçage du bois

  • La poussière de pulpe de betterave

  • Les tourteaux de colza

  • Le substrat de fermentation

  • Les coques de café

La série de brûleurs à flamme tourbillonnaire SSB-D peut être utilisée pour tous les types de poussières. Elle offre non seulement une large plage de modulation pour une combustion maximale mais permet un fonctionnement aussi bien sur des chambres de combustion que sur des chaudières à tubes d’eau. Elle respecte avec fiabilité même les valeurs limites strictes en termes d'émissions et démontrent de manière probante les possibilités d'une combustion de la poussière.