InternationalDeutschSpanishChineseRussianFrenchSouth AfricaAustraliaUnited Kingdom

Combustibles liquides à faible pouvoir calorifique

Low calorifique liquids

De substance problématique à énergie et fertilisant

Souvent, les  dérivés industriels liquides n'offrent qu'un très faible potentiel énergétique. Leur teneur en eau est élevée et leur élimination est coûteuse. C'est le cas de la mélasse de soja issue de la production alimentaire ou de la vinasse (« Spent Wash ») issue de la production de bioéthanol. Avec une teneur en eau de plus de 50% dans la solution déjà concentrée et seulement 40% d'éléments organiques, la mélasse et la vinasse constituent souvent un problème majeur pour l'environnement. Elles sont déversées sur les surfaces agricoles comme lisier,  ce qui engendre des conséquences fatales pour les nappes phréatiques et l'air.

Dans l'industrie chimique, les solutions de polymères à base d'acétonitrile ou les concentrés d'eaux usées à teneur élevée en phénoplastes font également partie du groupe des liquides à faible pouvoir calorifique   et ne conviennent pas à un système de combustion conventionnel. Ainsi, une solution de polymères à base d'acétonitrile issue de la production du plastique contient en plus 10% d'azote lié à des composés organiques alors que les eaux usées contenant des phénoplastes sont composées à près de 90% d'eau.

En somme, les pouvoirs calorifiques de ces liquides sont très faibles avec des valeurs par ex. de 7 à 10 MJ/kg pour la vinasse concentrée alors que la viscosité est d'autant plus problématique en partie avec des valeurs de 45 cSt à 100°C. De plus, la combustion de vinasse et de mélasse dégage une grande quantité de cendres à point de fusion bas et nécessite une chaudière de design particulier .

Néanmoins, les substances citées ci-dessus peuvent être valorisées d'un point de vue thermique,  créant une situation gagnant-gagnant qui soulage autant le budget que l'environnement.

Dans le cas de la vinasse et de la mélasse, cela permet non seulement d'économiser des quantités considérables d'énergie primaire mais également de produire, grâce aux cendres, un important volume de  fertilisant, ce qui améliore l'écobilan de deux manières.

 Le SSB-LCG s'appuie sur le brûleur à flamme tourbillonnaire  éprouvé SSB et est équipé d'un nez de brûleur adapté qui permet même  d’utiliser des combustibles problématiques. Ce brûleur peut être adapté aux liquides les plus variés, fonctionner avec divers combustibles de soutien et il garantit une disponibilité maximale pour des valeurs d'émissions minimales.